Répondre à : Douleurs et intoxication métaux

Forums Implants Essure Douleurs et intoxication métaux Répondre à : Douleurs et intoxication métaux

    L’équipe Docditoo
    Maître des clés
    Bonjour ,

    Vous n’êtes pas la seule femme dans cette situation. Les implants Essure ont été commercialisés en France à partir des années 2000 avec de grand espoir. A l’époque les ligatures de trompes nécessitaient une intervention sur l’abdomen et une anesthésie générale. Il fallait compter entre 2 et 4 jours d’hospitalisation sur la technique avec ou sans coelioscopie . Les implants Essure ( tubaires) se posent par hystéroscopie avec une anesthésie légère et sans intervention dans le ventre. Malgré quelques contraintes liées au caractère délicat de la pause, et à la nouveauté de la technique, environ 150 000 implants ont été posés en France. Malheureusement un certains nombre de femmes ont présenté des complications plusieurs mois ou années après la pause. Il s’agit d’inflammation au niveau des trompes autour des implants, d’infection, de migration des implants qui peuvent se retrouver dans l’abdomen. Il a aussi été décrit une forme de corrosion de certains composants métalliques des implants qui provoquerait une intoxication au composant -sur certaines patientes – comme le zinc, le nickel ou d’autres métaus des alliages utilisés.

    Aux Etats Unis, plusieurs dizaines de milliers de femmes ont bénéficié d’une indemnisation pour des plaintes contre les fabricants et distributeurs des implants Essure.

    En France pluesiers procédures sont en cours. On ne dispose pas encore de jurisprudence. Chaque cas est particulier. En France, le droit de la responsabilité est différent de celui des Etats Unis .

    Pour commencer, il faudrait constituer votre dossier médical, le faire évaluer par un expert compétent dans le domaine Essure. Pour plus de renseignements, Docditoo travaille sur le sujet . Restez connecté au forum dans les mois à venir. Et en attendant , vous pouvez voir notre article sur comment constituer un dossier médical.